23 avril 2007

Le Temps
Rubrique: Temps fort
Auteur: Ron Hochuli

«Pire que Blocher»

Vu de Suisse. Le socialiste Andréas Gross espère «que Sarkozy fera peur».

«Je suis positivement surpris et soulagé que Ségolène Royal soit au second tour. Sans cela, le Parti socialiste français aurait éclaté. Même si François Bayrou aurait eu, selon toute vraisemblance, plus de chances de battre Nicolas Sarkozy dans deux semaines.

Maintenant, Ségolène Royal, qui est issue de la même France profonde et autoritaire que François Bayrou, doit capter les électeurs du centre. Et j'espère surtout que les Français auront peur d'accorder autant de pouvoir à un homme aussi peu scrupuleux que Nicolas Sarkozy. Parce que, dans le fond, la très forte participation n'est pas à considérer comme la légitimation politique du statut présidentiel ou des candidats, mais comme une volonté de démocratie. Le bon score de François Bayrou, qui annonçait des réformes, le confirme. Et je souhaite sincèrement que le futur chef de l'Etat aura le courage et l'abnégation de revoir les compétences présidentielles. Ou, en tout cas, de ne pas les surexploiter. Mais je doute que Nicolas Sarkozy ait cette sagesse. Au contraire. Cet homme a un rapport au pouvoir plus cavalier encore que Christoph Blocher qui, en tant que protestant, a au moins une barrière morale ...

De ce premier tour, je tire une leçon sur le plan du débat. Nos candidats aux élections fédérales d'octobre doivent impérativement descendre dans la rue, organiser des manifestations publiques, discuter avec les citoyens, présenter leurs visions. Et non pas se contenter de laisser leur président de parti discourir dans les médias.»


Contactez Andreas Gross



Nach oben

Zurück zur Artikelübersicht